Reset au septième ciel

Trop longtemps que je n’ai pas écrit ici. Il ne se passe pas grand chose de très intéressant dans ma vie en ce moment… et puis je suis assez trop occupée. Mais j’ai envie et besoin depuis quelques temps de revenir sur quelques épisodes de mon parcours passé.

Petit retour en arrière donc…

Nous sommes en octobre 2014, et nous nous apprêtons a fêter nos 10 ans de couple ici.
Et surtout j’essaie avec grande difficulté de remonter la pente après un an à avoir enchaîné six IAC sans aucun résultat. Une année où j’ai alterné entre stress, espoir et désespoir, où nous avons souffert en silence  en tentant de faire bonne figure pendant que ma chère belle soeur et toute ma belle famille gardait perpétuellement un air beat devant l’arrivée de leur premier bébé. Je tente de tourner la page, de passer à autre chose, sans vraiment y parvenir.
Je ne suis pas donc au plus fort de ma forme, quand mon chéri vient m’annoncer qu’il m’a fait un cadeau pour nos dix ans, et qu’il faut me dise ce que c’est. Je suis surprise, car ce n’est pas du tout dans nos habitudes de nous offrir des cadeaux mutuellement à des dates données. Il finit par lâcher le morceau : il a réservé pour moi un saut en parachute… Abasourdie par la nouvelle, ma première réaction est de pleurer non pas de joie, mais parce que ben j’ai la trouille (et que je suis légèrement à bout de nerf). Parce que oui j’adorais faire tous les manèges à sensation dans les fêtes foraines et les parcs d’attraction quand j’étais petite, mais là c’est autre chose… Comment dire j’ai juste envie de partir en courant.
Et puis je ne comprends pas bien le concept :  « Ma chérie je sais que tu es au fond du trou particulièrement déprimée en ce moment, ça te dit de sauter d’un avion? »
Sur le moment je me demande pourquoi il ne m’a pas juste offert un bijoux, un week-end romantique, bref un truc normal quoi.
Devant ma réaction mon chéri est un peu embarrassé. Il pensait me faire plaisir, me changer les idées…
Puis, le « choc » passé, l’idée commence finalement à me plaire. J’imagine le silence, le vide total autour de moi, et bizarrement cela m’apaise. Autant avant chaque rdv PMA, mon ventre se tords d’angoisse et pourtant jusqu’au jour J, je reste sereine. Au final, c’est mon chéri qui finit par être plus stressé que moi. Le cousin et la tante de mon chéri on profité de l’occasion et ont aussi decidé de se lancer eux aussi pour le grand saut.
Nous arrivons donc à l’école de parachutisme, une bonne partie de ma belle famille est là, mais aussi mes parents et mon petit frère tout le monde a fait le déplacement pour nous voir sauter. C’est l’évènement de la journée…
10156137_10152265830638548_7658714556962710181_n
Après un brefing avec le mono, on nous fait même fait signer un papier pour désigner nos héritiers en cas de décès. Pour le coup la pression commence sérieusement à monter…
Nous devons embarquer pour la dernière session, nous patientons donc un petit, interminable moment. Nous nous équipons et puis nous nous installons tous les trois avec notre binôme et notre cameramen dans le petit avion. je monte en dernier, et me retrouve donc assise sur le sol juste contre la porte, avec la meilleure vue. Une fois dans l’avion le jeune moniteur avec qui je vais sauter, doit avoir à peu près le même âge que moi. Il me fait la conversation tout le long pour me rassurer (t’inquiètes je suis en équipe de France de saut) et il me réexplique comme il faut tout le déroulement du saut, et je vois que les deux autres moniteurs font de même avec la tante et le cousin de mon chéri qui n’en mène pas large eux non plus. Je ne sais pas si vous voyez les candidats de Fort Boyard juste avant de faire le saut à l’elastique, on voit toujours le mec derrière qui les prépare et n’arrête pas de leur parler tout le long, et ben c’était exactement ça ! Et autour de nous, les trois cameramen supers à l’aise qui n’arrêtent pas de me vanner pour détendre l’atmosphère en me disant « alors t’as peur hein! » – Non, non je gère!  « Sûr qu’on va t’entendre gueuler ! » Je crois qu’en fait à partir de ce moment là mon cerveau se déconnecte, je suis pilotage automatique, il n’y a plus rien qui arrive à mon cerveau. Le mono s’attache à moi, après quelques contorsion car on est complètement coincés, et il est très difficile de bouger. Il me dit de mettre mes lunettes, tous le monde me fait un check, l’avion coupe les gaz. Pour la première fois je sens vraiment la peur m’envahir, mais je n’ai le temps de refléchir. La porte s’ouvre et comme je suis aux premières loges, on a qu’à pivoter pour que je me retrouve face au vide prête pour le grand saut. A peine le temps de prendre ma position, et en un quart de seconde tout bascule, je ne comprends pas grand chose à se qu’il se passe, où est le ciel, la terre, je suis complètement désorientée… Au bout de quelques secondes je sens le mono qui tape sur épaule pour me faire signe que c’est ok et que je peux tendre les bras. Je vois l’horizon défiler tout tourne à toute vitesse autour de moi, nous pivotons sur nous même. Puis on finit par se stabiliser, et je retrouve le cameraman juste en face de moi qui me fait des signes pour que je fasse un coucou pour la vidéo. Je commence à vraiment à apprécier toutes les sensations et c’est juste le pied total !

11049523_10153199668933548_4957414031881657184_n

Le parachute s’ouvre, et le freinage est plutôt violent. Puis là c’est le calme plat… le silence, j’ai l’impression de flotter dans les airs, c’est juste incroyable. On peux papoter tranquillement et apprécier le paysage. Le moniteur me passe même les commandes du parachute et me montre comment pivoter d’un côté de l’autre. Encore de poussée d’adrénaline mais ça donne vite la nausée (je comprends mieux ceux qui ont l’estomac fragile et qui vomissent sur leur moniteur). Et enfin, on finit par toucher le sol, entiers malgré un atterrissage un peu approximatif.

Pendant quelques heures je reste un peu sonnée, j’ai du mal à revenir à la réalité… Je me sens tellement bien, j’ai envie partager ce que j’ai vécu avec le monde entier, mais difficile de retranscrire ce qu’on ressent lorsqu’on est là haut… Je comprends maintenant tout à fait que pour ceux qui ont le courage d’apprendre à sauter seuls ça peut très vite devenir addictif. Ce qui est sûr, c’est que ma tristesse et la douleur qui me pesait tellement à ce moment là ont aussitôt été effacée. Pendant quelques semaines, j’ai retrouvé ma liberté. Mes échecs en IAC, les longs mois de traitements cette sensation perpétuelle de manque, de vide si douloureux, toutes ces pensées qui insidieusement m’empêchaient depuis trop longtemps de profiter, de vivre tout simplement n’ont  plus occupées mon esprit.
Encore une fois c’est mon chéri qui me connaît si bien, qui a su trouver ce dont j’avais le plus besoin. Et c’était vraiment le plus beau des cadeaux qu’il puisse me faire.

Press-to-reset-your-life_reference

Alors oui ça peut paraître très radical comme solution pour aller mieux, mais chez moi ça fonctionne. Un bon reset, on réinitialise tout là dedans et on repart ! En fait il faut juste trouver un moyen, une chose positive qui me permets même un court moment de vraiment TOUT oublier et de lâcher prise.

Et en ce moment je prépare notre prochain reset (ce qui explique aussi un peu mon absence ici ces derniers temps) une  semaine de vacances en amoureux pour la mi-décembre. Et déjà rien que de me plonger dans les préparatifs, je me sens mieux.

Sinon aucun rapport, mais j’ai changé mon ancien pseudo car c’était le même que sur mon compte docti, et c’était le petit nom que l’on se donne entre mon chéri et moi. Et donc trop facile de me retrouver… oui je suis un peu parano 🙂

Publicités

19 réflexions sur “Reset au septième ciel

  1. Tu es courage dis donc!! 🙂 ça doit être de supers sensations…
    Je partage complètement ta méthode de reset, j’ai la même!! 🙂
    (du coup ça me fait bizarre que tu aies changé de nom lol je sais plus commant t’appeler!!) Bizzzz ❤

    Aimé par 1 personne

    • Vive le reset !! Je crois qu’au point où en est, ça devient indispensable si on ne veut pas finir définitivement dépressive et aigrie 🙂
      Pour le changement de nom tu peux continuer à m’appeler par l’ancien si tu préfères 😉
      Bisous

      Aimé par 1 personne

  2. Ça c’est du lâcher-prise, littéralement 😀 (chéri, si tu me lis, évite de suivre cette idée, excellente mais totalement incompatible avec mon vertige)
    Je vous souhaite un excellent reset en décembre. Tu nous raconteras?
    Gros bisous

    J'aime

    • Je contente d’avoir réussi à transmettre un peu de ce que j’ai ressenti, c’est pas évident de trouver les mots pour décrire. J’espère que tu vas le moyen pour lâcher un peu prise toi aussi. On a toutes besoin de ça dans notre parcours, je pense.
      Bisous

      J'aime

    • Bizarrement cela m’a demandé moins de courage finalement que lorsque j’ai à faire une pds, une écho où un simple RDV gynéco. Et tu sais au final on saute de tellement de haut qu’on a pas vraiment la sensation de vide, et de vertige ni même l’impression de tomber. Et je suis du genre à avoir les jambes molles rien qu’en montant sur une échelle 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s