Le Mirage, (suite et fin)

Le baptême d’Eddie fut une magnifique journée. Malgré la pluie annoncée nous avons eu un beau soleil toute la journée. Tout c’est déroulé comme sur des roulettes. Tous nos proches ont semblé ravis . Et Eddie… Eddie à été comme à son habitude adorable et souriant du début à la fin, malgré le manque de sommeil et les sollicitations de tout le monde. C’est avec grand plaisir qu’il est allé de table en table, de bras en bras en profitant pour récolter à chaque fois un nouveau bout de pain à grignoter.
Et pour couronner le tout, plus l’ombre d’un spotting au fond de ma culotte. Dans les invités il y a l’amie de mes beaux parents qui ne jure que par sa voyante. Elle confie à Jul que je vais être enceinte naturellement très bientôt. Avec Jul nos regard se croisent, on ne dit rien, mais on et heureux et confiant. La pression retombe, tout est absolument PARFAIT.

Cependant le répit est de courte durée. Le lendemain dans la soirée, j’ai de nouveau des pertes de vieux sang plus abondantes que les jours précédents. Fuck c’était donc trop beau pour que ça dure, l’inquiétude revient. Dans la nuit, je me lève pour voir Eddie qui pleure assis dans son lit à la recherche de sa sucette. Et je sens quelque chose couler, je retrouve le plus vite la sucette à tâtons, Eddie retombe aussitôt endormi, et je cours au toilette. Du sang coule, bien rouge cette fois-ci… Je me recouche désespérée , Jul essaie de me rassurer, il est toujours persuadé que ce n’est rien du tout, et que tout ira bien. J’essaie tant bien que mal de me rendormir, mais alors que je commence juste à trouver le sommeil, je sens les contractions. Elles ne sont pas douloureuses mais elle me réveillent en sursaut à chaque fois que je suis prête à me rendormir. Au petit matin, de nouveau du sang, je sais que c’est que c’est foutu, j’ai envie de pleurer, mais il y a Eddie dans les bras de Jul qui me tend les bras, les yeux pétillants et le sourire jusqu’aux oreilles, et je retiens mes larmes, pour le serrer très fort contre moi.

Je n’ai pas le temps de réfléchir pu de m’apitoyer sur mon sort. J’habille, prépare Eddie et l’amène à la crèche et au lieu d’aller au bureau, je rentre chez moi. Juste pour être sûre que tout cela est bien réel et que je n’ai pas juste mes règles avec du retard je refais un test de grossesse. Il est toujours clairement positif même s’il me semble que la seconde barre mets un peu plus de temps à apparaître que la semaine précédente.
A 9h00 pétante, j’appelle le cabinet du Dr Robbie. Dès que je prononce d’une voix tremblante les mots début de grossesse et saignements, la sécrétaire me dit de raccrocher et de venir tout de suite au cabinet.
Une heure plus tard je me trouve donc une nouvelle fois devant le Dr Robbie. Une fois assise face à lui il me demande tout sourire :
– Alors qu’est ce qui vous amène ?
Pendant une fraction de seconde je panique en me rendant compte que sa secrétaire ne lui a rien dit et je me demande comment je vais réussir à tout lui expliquer sans m’effondrer. J’essaie de connecter tous mes neurones disponibles pour m’en tenir uniquement aux faits et je réussi à résumer le tout : dernières règles il y a 7 semaines, tests de grossesse positifs, et saignements (qui semblent d’ailleurs s’être arrêtés).
Sans me poser plus de questions il me demande de passer dans la salle d’examen. Je renoue du coup avec ma chère écho endo-chattale, et les secondes interminables qui s’écoulent avant que l’image s’affiche à l’écran.

Et là première chose que je vois c’est … rien… Pas d’embryon, pas de sac, rien. Dr Robbie m’indique que la muqueuse est très épaisse, il vérifie les ovaires, RAS, revient sur l’utérus mesure l’endomètre et me dit que « tout est bien ».
Je reste un peu sonnée, on ne doit pas avoir la même définition de « tout est bien » je ne comprends pas comment il peut me dire que tout va bien alors qu’il n’y a justement RIEN.
Il me parle alors que je suis encore assise les fesses à l’air sur la table un peu hébétée, de grossesse « biologique », de début de grossesse tardive. Mes derniers neurones disponible n’arrivent cette fois plus à se connecter, j’ai beau essayer me concentrer sur ce qu’il me dit, je n’arrive vraiment pas à comprendre ce qu’il se passe, trop compliqué pour moi à ce moment là.
De retour à son bureau Dr Robbie me tend une ordonnance pour mesurer le taux hcg tout de suite, puis à renouveler huit jours plus tard. Je m’exclame :

– Quoi dans huit jours ?? (Une semaine, une éternité, il veut que je tienne huit jours encore sans savoir ce qu’il se passe?)

– Oui c’est pour voir l’évolution (j’ai bien compris mais HUIT JOURS !!!)
Je demande juste histoire de ne pas me faire de faux espoirs :

– Et les saignements, c’est plutot mal parti non?

Dr Robbie me répète une nouvelle fois

-Il faut voir l’évolution…

Une fois sortie de la consultation, j’appelle Jul pour lui faire le compte rendu :
– On a rien vu c’est trop tôt, a priori tout vas bien, il faut attendre et « voir l’évolution »
– Mais alors t’es enceinte ou pas ?
Je me rend compte que je suis toujours bien incapable de répondre. A partir de quand peux-t-on se considérer enceinte : quand le test est positif, quand le taux est bon, ou seulement quand on voit l’embryon?

Le taux hcg tombe dans l’après midi : 1457 ui

Cela correspond bien à ce qu’on a vu à l’échographie c’est à dire pas grand chose. Je calcule et recalcule, je devrait être au minimum à 6SA et ça ne colle pas. A ce stade pour Eddie on a avait déjà vu l’embryon et le début d’une activité cardiaque.
Au fond de moi je le sais, oui j’ai été enceinte mais je ne le suis plus.

Les saignements reprennent dans l’après-midi accompagnés de contractions assez douloureuses cette fois. Les jours qui suivent à fleur de peau, extrêmement fatiguée, et terriblement triste. Jul continue de croire que le miracle est peut être toujours là, et il ne voit que le positif : j’ai réussi à être enceinte naturellement.
Quant à moi je n’arrive pas à voir les choses positivement, émotionnellement je me sens comme lors de mon baby blues. Mes larmes coulent sans que je sache parfois vraiment pourquoi. Je pleure sur me toilettes en voyant le sang couler, je pleure également en voyant Eddie, bien loin de toute ses préocupations qui joue joyeusement à coté avec les rouleaux de papier toilette, tellement heureuse qu’il soit là. La chute est rude alors qu’au final me suis cru enceinte qu’une seule semaine. Une seule petite semaine et pourtant… cela à suffit pour tout bouleverser. Je n’ose imaginer dans quel état j’aurai été, si cela m’étais arrivé à un stade plus avancé.

J’hésite à faire une seconde prise de sang dans autre labo quelques jours plus tard, pour être vraiment fixée, où du moins pour que Jul et surtout sa mère cessent de me donner de faux espoirs du genre

– Tu sais ta belle soeur, elle avait perdu beaucoup de sang aussi au début de sa grossesse du N°2 et puis finalement tout s’est bien passé !

Ah oui parce que j’avais oublié la belle soeur elle est super fertile, elle annonce ses grossesses à la terre entière dès qu’elle a ses deux barres sur son test et elle a bien raison puisque après tout, cela finit toujours parfaitement bien même quand elle a des saignements en début de grossesse et tant mieux pour elle, hein je ne souhaite à personne d’avoir à passer pas la PMA ou de faire une fausse couche. Mais ça ne me remonte pas vraiment le moral de me le rappeler alors je suis en train de perdre peut être notre seule chance d’avoir un enfant naturellement.

Autre remarque de ma belle-mère :

– Au moins tu sais que maintenant tu peux être enceinte sans « assistance.

Ben non, ok j’ai réussi à être enceinte une fois en cinq ans « sans assistance » mais vu la durée de la grossesse, je ne sais pas si on peux envisager ça comme une réussite. Et puis ok je pourrais peut être de nouveau être enceinte « sans assistance » (décidément cette formule a du mal à passer, j’ai l’impression qu’elle me parle du recours à la PMA comme si c’était quelque chose d’un peu honteux)
mais dans combien 1 an, 5 ans, 10 ans?
Bref décidément non ça ne me remonte pas le moral non plus de savoir que « ça a marché une fois, ça remarchera ». Dans tous les cas, je crois qu’à ce moment là quoi qu’on aurait pu me dire, j’aurais eu du mal à positiver. La seule chose qui me remonte le moral c’est de voir mon Eddie et de me rappeler la chance et le bonheur que lui soit bien là.

J’attends finalement sagement les huits jours pour faire la seconde prise de sang. Je me dis que si Dr Robbie m’a demandé d’attendre une semaine c’était pour que l’évolution du taux soit assez significative, j’ai peur que faire une autre prise de sang plus tôt m’embrouille l’esprit plus qu’autre chose. Et puis, j’ai senti mon corps expulser ce que qu’il y avait à expulser,je sais bien que tout est déjà terminé. La date de la prise de sang tombe la veille du premier anniversaire d’Eddie.

Et le taux ne laisse cette fois plus place au doute : 35 ui

Pour le coup je ne suis même plus triste, seulement soulagée d’avoir la confirmation que tout est bien terminé.

Je reviens voir Robbie deux jours plus tard pour le rdv qui aurait du être celui de la toute première écho de datation.
Il me confirme qu’il y a bien eu « avortement spontané » et vérifié par écho que tput est en ordre. Endomètre à 4 mm comme s’il ne s’était rien passé. Pas besoin de curetage, mon corps a fait les choses comme il faut, même si honnêtement, je n’avais même pas pensé qu’il y aurait pu en avoir besoin vec une fausse couche aussi précoce.

Mon Gertrudage aura donc été de courte durée, notre miracle s’est envolé aussi vite qu’il s’était installé…

22 réflexions sur “Le Mirage, (suite et fin)

    • Merci Queenee, bien sûr que je garde espoir, je suis sûre qu’on aura notre petit deuxième un jour d’une manière où d’une autre. Et dans tous les cas nous avons déjà la chance d’être tous les trois 🙂

      J’aime

    • Oui la nature nous a fait un faux cadeau, pour l’instant on profite de ce qu’on a déjà 🙂 , nous reviendront certainement au combat dans quelques temps, je ne me sens pas encore prête pour l’instant. Bisous

      J’aime

  1. Mince… dur dur… j’espère que ça ira mieux très vite, et je vais dire un truc nul mais il paraît qu’après une FC y’a des chances. Bon c’était vraiment une réflexion de Merde…
    Courage en tout cas, et n’oublie jamais que tu seras peut-être triste à des moments de la vie, mais grâce à Eddie tu ne sera plus jamais malheureuse. Et ça, ce n’est pas rien 😘

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s